De son véritable patronyme Jonatan Leandoer Håstad, l’enfant de 16 printemps qui marche sur la tête des auditeurs de rap provenant de Suède depuis quelques mois a choisi d’enlever le « doer » de son « lean » pour devenir Yung Lean, comme le surnom de la boisson qui a la cote chez les jeunes amateurs de codéine et de rap ralenti. Dans son entretien à Noisey.com, on en apprend un peu sur le nouveau-phénomène rap de Stockholm.

Avec Yung Sherman et Yung Gud Shorty, ses deux acolytes du Sad Boys crew, ils émulent le rap néo-internet thug et terriblement émo (à vrai dire, on n’a jamais connu une telle avalanche de tristesse dans la discipline depuis Bambi Cruz) qui déferle sur les plateformes de streaming/download depuis quelques années et font de leur spécificité géographique et origine exotique au regard des zones habituelles quadrillées par les radars, un atout inattendu et particulièrement intriguant.

De Södermalm, son quartier, il ne sauve pas grand chose : peuplé de hipsters, comme on s’imagine tous les suédois, il y fait calme et très froid, comme dans le frigo d’un type au RSA un 28 du mois. Marqué par les légendes que sont Lil Boosie pour les anciens ou Lil B et Future pour les gens libres, il montre beaucoup de respect à notre ami Lofty305 de Metro Zu, comme tout un chacun devrait le faire si il possède un tant soit peu de bon sens. Après avoir connecté des gens comme DJ Smokey de MemphisUnderground ou encore Bones (anciennement th@ Kid), le petit blondinet a sorti son projet ce 9 juillet 2013 chez les gros boosters de curiosités rapologiques que sont nos amis de MishkaNYC, ça s’appelle Unknown Death 2002, une track produite en partie par Friendzone (les prodos du prochain Main Attrakionz notamment) et on annonce un prochain projet avec Issue, l’un des fistons d’E-40 et on saura un peu mieux si on pourra à l’avenir véritablement compter sur lui pour faire couler sur nos joues les prochaines larmes de rap.