Depuis que j’ai l’âge d’avoir la frousse devant un écran, on va dire dans ma douzième année, le personnage que j’ai le plus chéri pour ses capacités à m’empêcher de fermer la bouche c’était ce putain de fou furieux de Michael Myers dans La Nuit des Masques/John Carpenter’s Halloween.

J’ai donc passé ma pré-adolescence à attendre d’avoir du duvet au dessus des lèvres et le moment de m’envoler en Illinois, histoire d’aller constater la suprématie de Monsieur Jordan dans le jeu du basketball vers Chi-town, mais avec la frousse de croiser ce narvalo de Myers au détour d’un lac, vers Haddonfield. Résultat: ma frousse l’a emporté, j’ai jamais mis les pieds là-bas et Michael a arrêté de ridiculiser ses petits camarades, Jordan pas Myers (d’ailleurs, joyeux anniversaire à His Airness).

Je te parle pas de mes tourments ici, j’en ferai plutôt un bouquin un peu illustré. J’aimais déjà pas mal le rappeur Mykill Miers quand je vivais dans les 90’s, et comme j’ai changé de siècle il se trouve que j’ai dû en trouver un nouveau, parce que personne ne pourra jamais me faire mater un remake d’Halloween. Mot.

Le Michael Myerz des années 10 vient de Valdosta, un bled tout pété de Georgia, a choisi son alias parce qu’il s’appelle Michael Schwartz, que son paternel s’appelle Freddy, son frère Jason et surtout parce que Jamie Lee Curtis fait partie de la famille, par la porte ou par la fenêtre.

Il m’a soufflé à l’oreille que si il s’est mis à le faire, c’est qu’un jour il est tombé sur une vidéo de Mac Miller et qu’il s’est tout naturellement fait la réflexion “si ce douchebag tape dans le fond, alors je peux aussi”. On n’a jamais assez de jeunes juifs rappeurs. C’est devenu ma catégorie ethno-religieuse préférée dans ce domaine.

Son titre de chanson le plus magnifique est d’ailleurs “Little Funny Jew Jew”, et si je croise Dieudo, je brandis ce track là comme un crucifix contre un vampire.

Notre ami rappe pas spécialement bien, a une voix quelconque, s’inscrit dans la tendance du moment de ce rap bien émotif et introspectif, j’ai pas dit chiant, bref c’est parfait pour le dimanche.

Il a eu son petit moment de grâce en soutirant un beat à XXYYXX quand celui-ci ne devait pas être encore fourni en poils pubiens:

Là logiquement, c’est bon, tu peux remballer tes étiquettes, tu peux même jeter la machine Dymo, tu peux brûler tes tiroirs, bref, tu peux refermer le classeur.
Je ne ferai pas le service après-vente, j’aimais juste bien raconter ma vie.

אַ שיינעם דאַנק à toi Michael Scwhartz.

@_LM_R

(originellement publié sur dasswassuppointcom)