Mots-clefs

, , , , , ,

Une arme vendue, un sourire offert.

Pouce. Perché.

Pouce. Perché.

Devinette: Monsieur et Madame Dassault ont deux enfants comment s’appellent-ils?

Réponse: Richard et Suzy.

A part les « Monsieur/Madame » mon seul kiff c’est de chiller. En écoutant de la musique, principalement rappée. Et en fumant mes doigts, ça coûte moins cher que la drogue.
Mais pour paraphraser le philosophe francilien Nikus Pokus: vue la piètre qualité des produits qui tournent dans ce pays, ça me donne envie de dire que j’ai jamais écouté de rap français de ma vie.

Et puis, parfois arrive un petit miracle du type tu te racles la gorge, tu avales ta salive et tu dis des absurdités.

Ce petit moment va peut-être vous arriver maintenant avec la Sexion Dassaut, groupe nébuleuse parisien abritant quelques fines gâchettes que je nommerais volontiers. Plus tard.

Swat Hat Bitch.

Swat Hat Bitch.

Point MP3:

Une compilation avec tous les types du collectif gratuit sur leur site:
http://www.sexiondassaut.fr/

Sinon un petit aperçu en forme de morceau:
Sexion Dassaut – Où sont les Kikeurs?

Alors? C’est ta came ou la corbeille elle sonne?

LeMaiRe.

Ps:
Pas vraiment,

un exemple?

affirmatif!

Plusieurs:

Les relations de Serge Dassault avec les journalistes ont souvent été difficiles. Ainsi par exemple, Serge Dassault a expliqué, que les journaux doivent diffuser des « idées saines », car « nous sommes en train de crever à cause des idées de gauche ». « J’espère que vous allez cesser de former des journalistes de gauche ! » avait ainsi lancé Serge Dassault, nouveau patron de la Socpresse (70 titres), à des responsables du Centre de formation des journalistes (CFJ), rue du Louvre à Paris.

Il refuse que son journal publie, en août 2004, un entretien avec Andrew Wang, dans le cadre de l’Affaire des frégates de Taïwan (l’entretien est finalement publié dans le magazine Le Point du 9 septembre 2004). À la suite de ses propos sur la subordination du journal à son propriétaire, des troubles surgissent pendant quelques mois au sein de la rédaction.

Récemment encore, une journaliste de l’émission de France Inter de Daniel Mermet, Pascale Pascariello, est agressée après avoir posé des questions lors d’une réunion publique organisée par Serge Dassault pour les élections municipales de Corbeil-Essonnes de février 2008.Dans cette émission on apprend que Serge Dassault achète la paix sociale dans les cités de Corbeil-Essonnes.

Le 19 juin 2008, Serge Dassault déclenche une nouvelle polémique en déclarant qu’il juge «anormal» d’aider les chômeurs, « des gens qui ne veulent pas travailler », « On réduirait carrément les aides aux chômeurs, ce serait quand même plus efficace si on veut les faire travailler que de vouloir donner de l’argent sur denier de l’Etat ». Alors qu’un rapport de la DARES, paru le 2 juin 2008, indiquait que « Seules 2% des personnes se déclarant au chômage ne souhaitent pas travailler à l’avenir, essentiellement pour des raisons de santé. »
En juillet 2008, dans une émission diffusée sur i-Télé, il fait part de son admiration pour l’organisation chinoise du travail, se désole de l’existence des grèves et des syndicats et soutient la liberté totale de licenciement pour les entreprises :
« Les Chinois travaillent 45 heures par semaine, ils dorment dans leur usine, ils font de bons produits pas chers. »

Source le wikipedia de Sergio

Ps 2:  Sans parler du FC Nantes.